Report de la verbalisation pour défaut d'éthylotest

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

ethylo« 40 millions d'automobilistes » et Mon Automobile Club saluent le report de la verbalisation au 1er novembre.

Une mesure de bon sens

« 40 millions d'automobilistes » et Mon Automobile Club qui, en juillet dernier, avaient réclamé le report de la verbalisation pour défaut d'éthylotest, saluent la décision prise aujourd'hui par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Une mesure de bon sens au vu des résultats de l'enquête « les automobilistes et l'éthylotest » réalisée par « 40 millions d'automobilistes » auprès de ses adhérents, du 27 septembre au 5 octobre derniers. Cette enquête met en effet en évidence des zones entières de pénurie, sur l'ensemble du territoire.

Pour de très nombreux automobilistes, se procurer un éthylotest, d'ici au 1er novembre, relevait d'une mission impossible. Près d'un sondé sur deux n'avait pu, à ce jour, en faire l'acquisition. Les fabricants évaluant à 6 mois le temps de production nécessaire pour pouvoir répondre à la demande, la date fixée au 1er novembre ne pouvait raisonnablement être tenue.

 

« C'est un premier pas que nous saluons mais il est indispensable d'aller plus loin, pour faire comprendre et accepter par les automobilistes le sens et la portée de cette obligation », souligne Pierre Chasseray, délégué général de l'association.

Car l'obligation de détention d'un éthylotest est bien loin de recueillir l'adhésion des automobilistes. Plus de 4 sondés sur 5 rejettent la mesure ; 90% estiment qu'elle n'aura pas d'impact significatif sur l'accidentalité ; 58,1% des automobilistes l'interprètent comme un nouveau moyen de répression. Une grande majorité d'entre eux se déclare en revanche favorable à un renforcement des contrôles d'alcoolémie ciblés sur les routes. Et ce, même s'ils ne considèrent pas la lutte contre l'alcool comme l'axe essentiel en matière de sécurité routière. Pour faire baisser les chiffres de l'accidentalité, les Français plébiscitent la formation et le suivi continu des automobilistes.

Cette enquête révèle un réel manque d'information sur l'éthylotest : alors que 72% des sondés connaissent la sanction encourue si leurs voitures ne sont pas équipées d'éthylotest (11 euros), 73,1% ne savent pas qu'il est valable 2 ans... Aussi Pierre Chasseray demande-il aux pouvoirs publics de mettre rapidement en place une vraie communication autour de l'éthylotest. « L'éthylotest c'est le préservatif de l'automobiliste ; il lui permet de prendre le volant en toute sérénité ».

Pour Rémy Rodriguez, président de Mon Automobile Club, il est important de noter que « les résultats de l'enquête menée par notre association démontrent que la politique de répression n'est plus acceptée par les automobilistes. Ils réclament désormais plus de formation et une meilleure prévention ».

Enquête « les automobilistes et l'éthylotest »

 
Aller au haut

Newsletter

Recevez toutes les infos sur Mon Automobile Club
Termes et Conditions
Bannière
Bannière
Bannière